logo

Orthophonistes du Monde

Historique des EGS

 2003 : 1ers Etats Généraux de la Surdité à Cotonou (Bénin)

A l’origine des 1ers EGS…

L’idée des Etats Généraux de la Surdité est née lors du premier Congrès d’Ortho-Bénin et Orthophonistes du Monde au Bénin du 5 au 11 Février 2001 au village Ahémé dans le département du Mono (Sud Ouest) et à Cotonou.Lors d’un atelier sur la surdité, les enseignants béninois d’enfants sourds ont partagé leurs difficultés et leur vécu avec les participants français. Les réflexions ont débouché sur un besoin demieux se connaître et defaire le point pour des propositions concrètes au Bénin.

Ortho-Bénin, Ortho-Bénin France et Orthophonies du Monde se sont impliqués puis Handicap International. Cette idée des Etats Généraux de la Surdité partie du Bénin a intéressé les voisins du Togo et progressivement au cours des préparatifs d’autres pays Africains ont été impliqués. Plusieurs réunions pour la recherche de fonds et l’organisation pratique ont eu lieu en France, au Togo et au Bénin.

Déroulement des premiers EGS

Du 7 au 10 Juillet 2003 plus de80 personnes et personnalités concernées par la surdité(personnes sourdes, enseignants, association de/pour personnes handicapées, parents d’enfants handicapés, orthophonistes, médecins, personnels des ministères), venues de7 pays africains (Burkina Faso, Cameroun, Cap-Vert, Gabon, Guinée, Togo, Bénin) et de la France se sont retrouvés à l’INFOSEC de Cotonou(Bénin), pour parler de la surdité. Cet handicap caché est devenu visible au delà des salles de conférence, de Cotonou et du Bénin grâce à la presse.

Au cours de ces journées de travail, les thèmes suivants ont été abordés, en cessions plénières :

  • l’état des lieux de la prise en charge sociale et éducative de la surdité dans la sous-région (Bénin, Togo) et en France
  • les différentes atteintes du système auditif,
  • l’approche historique de l’éducation et de la rééducation des enfants sourds,
  • les données actuelles de l’éducation langagière des enfants sourds,
  • le rôle de l’audioprothésiste dans l’appareillage des surdités,
  • la réforme des programmes d’études à l’enseignement primaire au Bénin.

Durant les ateliers, les débats ont porté sur :

  • la vie sociale des personnes sourdes et son cadre juridique,
  • la prise en charge médicale et médico-technique des enfants sourds,
  • la langue des signes, langue orale, langue écrite,
  • l’enseignement et la pédagogie.

Bilan et perspectives

Il est ressorti des Etats Généraux une volonté dynamique des participants africains avec pour objectifs la mise en place :

  • Au sein de chaque pays :
    • d’une fédération des différentes écoles pour enfants sourds,
    • d’échanges et mutualisation des moyens,
    • de rencontres des autorités pour leur exposer le travail réalisé les besoins, et leur demander de l’aide et des aménagements (programmes scolaires, textes législatifs, interprétariat en LS, etc).
  • Entre les différents pays :
    • d’une fédération et coordination des initiatives
    • d’échanges des textes législatifs existants
    • de rencontres pour enrichir et harmoniser la langue des signes utilisée (issue de l’ASL).
  • Renouvellement des Etats Généraux de la Surdité.
  • Poursuite de l’aide des partenaires français,notamment pour des actions de formation des personnels.

 2006 : 2èmes EGS à Lomé (Togo)

Les deuxièmes Etats Généraux de la Surdité ont eu lieudu 31 octobre au 3 novembre 2006à Lomé, au Togo.Cet événement a été co-organisé par le comité d’organisation togolais (Présidé par Mr Kassa), Handicap International, Orthophonistes du Monde et Ortho Bénin France,

A cette occasion, se sont réunis pendant trois jours150 participants originaires de France et de11 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo Brazaville, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Mali, Niger et Togo.

Un état des lieux et un parcours depuis 2003 ont été réalisés par quatre pays :

  • le Togo qui a présenté trois structures qui s’occupent d’enfants sourds,
  • le Bénin qui a présenté le travail du CERES (Cercle d’Etude et de Recherche pour l’Epanouissement des Sourds) créé en 2004,
  • le Burkina Faso qui a parlé de l’uniformisation de la Langue des Signes et du travail avec les parents,
  • le Gabon qui a refait le point sur la situation avant et après les EGS 2003.

Durant ces 3 jours, différents thèmes ont été abordés :- le dépistage et l’éducation précoce,- le langage et la communication,- l’enseignement et la formation,- l’insertion sociale et la vie active.

Les exposés étaient suivis de débats et de séances d’ateliers qui ont permis de nombreux échanges et discussions entre les participants. Les conclusions et les perspectives ont permis de mettre en évidence l’énergie des différentes équipes, des associations de parents et le désir de mobiliser les gouvernements de chaque Etat pour que la situation des enfants sourds et de leur famille s’améliore plus vite.

Bilan et perspectives

Ces Etats Généraux ont été très riches. En effet, tous les participants ont senti une énergie pour prendre en main la situation, avancer et progresser. Les partages d’expériences ont été stimulants pour tout le monde. Les difficultés sont encore massives mais des projets se construisent et aboutissent.

A l’issue des travaux, les perspectives dégagées étaient :

  • la nécessité de la précocité du dépistage et de l’intervention auprès des enfants sourds,
  • le développement des possibilités d’appareillage,
  • la mise en place des différents moyens de communication,
  • le rôle de l’éducation, de l’intégration et de l’insertion,
  • le rôle des associations,
  • la défense des droits de la personne sourde.

Il a également été décidé la mise en place de comités de suivi des EGS 2006 dans chacun des pays, avec une volonté commune de poursuivre ce genre de rencontres.

 Des 3èmes EGS, bientôt… ?

Depuis les EGS de Lomé…

Plus de 4ansse sont écoulés depuis les EGS de Lomé. Les nouvelles reçues de plusieurs pays témoignent de la mise en place de projets depuis, à plus ou moins grande échelle. Ainsi,

  • au Burkina, le projet de réalisation d’un dictionnaire de langue des signes a été finalisé et une fédération d’écoles pour enfants sourds a été créée et regroupe actuellement 15 écoles du pays,
  • au Bénin,une rencontre entre professionnels des écoles pour enfants sourds du Bénin, Burkina, Togo, Niger et Côte d’Ivoire a été organisée en été 2008 à Porto-Novo,
  • au Cameroun, plusieurs écoles pour enfants sourds ont été crées dans le Nord du pays, avec le soutien d’organisations catholiques.

Nos partenaires africains restent très demandeurs d’une suite… à quand donc les 3èmes EGS ?OdM et OrthoBénin France sont convaincus de la nécessité de poursuivre une dynamique d’échange autour du thème de la surdité,à un niveau international en Afrique. Et prêts également à continuer d’accompagner leurs partenaires africains, qui seront en première ligne pour l’organisation d’éventuelles 3èmes EGS.

Un projet pour 2011

Depuis près d’un an, un certain nombre d’échanges mails ont lieu entre les acteurs africains, OdM et OBF. Plusieurs pays ont proposé d’accueillir ces prochains EGS, et au jour d’aujourd’hui, la proposition du Burkina-Faso apparait comme la plus probable. Plusieurs raisons à cela :le CEFISE (Centre d’Education et de Formation Intégrée des Sourds et des Entendants), qui a été à l’origine de cette proposition concrète d’organiser des EGS à Ouagadougou est une association d’expérience et fédératrice. Elle regroupe en effet les principaux acteurs de l’éducation des personnes sourdes au Burkina-Faso.Et puis la ville de Ouagadougou présente des avantages d’accès par avion et bus et comporte des infrastructures pour les congrès et l’hébergement(qui ont été constatées lors du congrès international sur le bégaiement qui s’y est tenu en novembre 2008).La localisation de ces prochains EGS se précise,mais tout le reste est encore à imaginer. Cette tâche sera celle du Comité d’Organisation qui est en train de se constituer autour du CEFISE, avec les autres acteurs burkinabés de la surdité : associations, écoles, professionnels publics et privés, représentants institutionnels, etc.Ce comité pourra certainement compter sur le soutien et l’expérience du comité togolais d’organisation des EGS2.OdM et OBF se tiennent également prêts à répondre aux sollicitations de ce comité, pour lui apporter notre soutien dans cette organisation.


Accueil | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 105906

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos actions  Suivre la vie du site E. G. Surdité 2011   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License