logo

Orthophonistes du Monde

Un petit conte algérien

où il est question d’une couronne et d’un implant …

Mission SOLIMED – OdM à EL OUED (Algérie)

Acte 1, en France, SOLIMED

SOLIMED est une association de solidarité médicale qui travaille dans les régions sous-médicalisées du sud de l’Algérie. Elle mobilise un réseau de professionnels médicaux et paramédicaux français, franco-algériens et algériens pour mettre en oeuvre des missions de formation à destination des acteurs de santé algériens, tout en travaillant à renforcer les liens entre ces deux pays. Dans le cadre de ses actions, SOLIMED noue depuis plusieurs années un partenariat avec l’association TEJ, basée à El Oued, dans l’est de l’Algérie.

Acte 2, en Algérie, « TEJ » (en arabe : la couronne)

L’association TEJ pour la Santé est une association qui a tiré son nom d’un proverbe arabe : « La santé est une couronne sur la tête des bien portants, mais seuls les malades la voient ». Cette association regroupe des citoyens algériens dynamiques et bénévoles de la région d’El Oued qui œuvrent pour le développement de la médecine et son accès aux personnes les plus vulnérables. Ils organisent notamment les soins des malades démunis, leur orientation vers des structures sanitaires, des collectes de sang, des campagnes de sensibilisation et de traitement (notamment des problèmes ophtalmologiques), des prêts de matériel paramédical, des caravanes médicales au profit des populations nomades, des formations au profit des médecins et personnels paramédicaux, etc.Une des récentes initiatives de TEJ, toujours dans le but de pallier des manques dans les suivis existant dans la région, est la création et la gestion d’un espace de prise en charge des enfants sourds de 3 à 6 ans : l’espace ISMAA. Or, une très large campagne nationale d’implantation cochléaire des enfants sourds est menée depuis plusieurs mois par le gouvernement algérien et, comme en France il y a quelques années, les professionnels ne sont pas toujours formés à cette évolution de leurs pratiques … et les familles en attendent un peu des miracles.

Acte 3, en France, OdM

Fin 2009, les professionnels de l’espace ISMAA et de la région d’El Oued, désireux de se former, se tournent vers TEJ … qui fait appel à ses partenaires français de SOLIMED … qui s’adressent à la FNO … qui transmet la demande à OdM … Début 2010, après quelques mois de contacts entre ces associations, une première mission s’ébauche pour faire un état des lieux avec les partenaires et assurer une première mission de formation sur la rééducation précoce des enfants sourds, notamment après une implantation cochléaire. Juin 2010, les hasards d’une intervention en France nous font rencontrer Mina BOUSEBTA, orthophoniste algérienne et enseignante à l’Université d’Alger, qui rejoint ce projet et pourra co-assurer avec nous trois journées de formation.

Acte 4, en Algérie, nos collègues orthophonistes

Octobre 2010, nous partons pour El Oued. A cette formation, initialement prévue pour 12 orthophonistes de la région, s’inscrivent en réalité 40 professionnels venus des quatre coins du pays (Alger, Oran, Ghardaïa, Tamanrasset, etc). Certains ont une pratique ancienne de la prise en charge des enfants sourds en général, parfois même une pratique confirmée auprès des enfants implantés, d’autres débutent dans le suivi de ces pathologies, ce qui rend un peu difficile l’adaptation du contenu de formation, notamment le premier jour lors de la présentation générale de la problématique.La barrière linguistique pose quelques difficultés : nos collègues sont formés en langue arabe et c’est dans cette langue qu’ils travaillent, mais beaucoup sont de très bons francophones et nous aident à trouver les équivalents en langue arabe de certains concepts employés et des exemples apportés.L’organisation de la formation par les bénévoles de l’association TEJ est si dynamique et efficace et leur accueil si chaleureux qu’ils contribuent à une synergie des apports de chacun et à un réel climat d’échanges.

Acte 5, France-Algérie, les contacts vont se poursuivre…

A l’issue de la formation elle-même dont la durée est sans aucun doute insuffisante mais qui semble avoir permis de préciser les bases de ces prises en charge orthophoniques, un des effets essentiels est de mettre en relation des professionnels isolés dans leurs pratiques, qui se découvrent et visiblement créent des liens.Si les actions de formation se prolongent, les professionnels algériens et l’association TEJ savent qu’ils peuvent compter sur l’aide de leurs partenaires français mais également trouver des ressources parmi les orthophonistes algériens.Au-delà de la question de l’implantation cochléaire, de nombreuses questions sur la pratique orthophonique en France et en Algérie ont été au centre de bien des discussions et les idées de collaboration future ne manquent pas.

Les difficultés culturelles, sécuritaires, économiques, politiques ne sont pas des obstacles insurmontables et la méditerranée n’est pas infranchissable … des rencontres ont eu lieu, des échanges se sont ébauchés, des amitiés mêmes sont nées. Cela pourrait être la morale de cette petite histoire d’implant et de couronne …

Elisabeth MANTEAU-SEPULCHRE et Béatrice THIVILLIERS

orthophonistesdumonde@wanadoo.fr - www.orthophonistes.fr / Orthophonistes du Monde contact.solimed@gmail.com - www.solimed.net tejguemar@yahoo.frwww.tej-sante.com


Accueil | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 103660

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Publications  Suivre la vie du site Autres articles OdM   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License